Fast food : comment ouvrir un restaurant ?

PetitLien.fr » Cuisine » Fast food : comment ouvrir un restaurant ?

Si les fast-foods ont le vent en poupe, c’est parce qu’ils sont pratiques, rapides et surtout moins chers. Ils proposent, grâce à leur concept, une alternative de choix aux personnes pressées qui souhaitent quand même se faire plaisir. En effet, les fast-foods peuvent proposer plusieurs variétés de hamburgers, de pizzas, de kebabs et mets délicieux. Pour ouvrir un fast-food, quelques conditions sont nécessaires. Retrouvez dans cet article, l'essentiel à faire pour atteindre cet objectif.

Les prérequis pour ouvrir un fast-food

Dans L’Hexagone, si vous ne prévoyez pas d’exercer une profession réglementée, vous n’aurez pas besoin de présenter un diplôme pour justifier votre activité. La tenue d’un fast-food fait heureusement partie de la catégorie des métiers que l'on peut exercer sans diplôme.

Avant de vous lancer dans une activité de fast-food, il vous faudra valider quelques points. Ne tentez pas une aventure sans avoir une expérience en restauration. En effet, plus qu'une obligation, cette dernière représentera un atout pour vous lancer. À cette expérience, vous devrez ajouter des connaissances entrepreneuriales pour gérer votre fast-food, mais aussi vos futurs employés.

N’abandonnez cependant pas votre projet à cause des points cités plus haut. De nombreux restaurateurs actuels ont débuté leur activité après avoir suivi des formations sur la restauration, sur l’entreprenariat mais aussi sur l’hygiène alimentaire.

L'élaboration du business plan

Une fois que vous serez suffisamment préparé pour une telle aventure, il vous faudra ensuite mettre au point un business plan pour votre fast-food afin de passer à l’étape de la formalisation. Le business plan est un document de référence qui présente votre projet. C'est lui qui témoignera de la viabilité de ce dernier afin de convaincre de potentiels investisseurs, ou votre banque, de vous accorder un crédit. Pour cela, il devra détailler certains aspects clés de votre projet, parmi lesquels :

  • la présentation de vos services en mettant en évidence vos différences face à la concurrence
  • les résultats de votre étude de marché
  • votre modèle économique
  • et le statut juridique de votre entreprise.

Ces aspects devront être définis de la meilleure façon. Ils se doivent de présenter des résultats et des données claires et précises pour avoir une chance de convaincre votre cible.

Le choix du statut juridique du fast-food

Le statut de micro-entrepreneur plaît forcément. Vous pensez peut-être à une façon de profiter de ce statut pour votre activité de fast-food. Malheureusement, la restauration n’est pas comprise dans les secteurs d’activités couverts par ce statut. Tout simplement parce que le chiffre d’affaires d’un fast-food se trouve au-delà des 170 000 euros par an, ce qui le classe plutôt sous la juridiction des entreprises individuelles.

Pour ouvrir un restaurant, vous aurez plusieurs statuts parmi lesquels, vous pourrez choisir le vôtre :

  • la société par actions simplifiées unipersonnelle ou SASU,
  • l’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée ou EURL,
  • la société par actions simplifiée ou SAS,
  • la société à responsabilité limitée ou SARL.

Il faut noter que les deux premiers statuts ne sont envisageables que si vous êtes l’unique investisseur de votre projet, alors que les deux derniers impliquent une association de plusieurs investisseurs. Prenez donc le temps de bien comparer les différentes offres en matière d’imposition et de fiscalité, avant de valider votre statut juridique.

La question de la franchise

La tenue d’un fast-food peut se faire soit en créant le vôtre, soit en adhérant à une chaîne de fast-food existante. En choisissant la deuxième option, vous profitez des avantages qu’offre une franchise, à savoir :

  • un accompagnement,
  • une formation aux méthodes de la franchise,
  • un équipement prêt à l’emploi,
  • et la notoriété de produits qui ont déjà fait leurs preuves sur le marché.

En retour, vous devrez verser une somme conséquente à la fin de chaque mois ou année, en fonction de votre entente avec le franchiseur.

Si vous choisissez la première option cependant, vous aurez à tout faire par vous-même, mais vous conserverez tous vos bénéfices. Vous pourrez même choisir de passer au statut de franchise plus tard si votre fast-food si vous le désirez.