Petitlien.frJardinComment arroser une orchidée ?

Comment arroser une orchidée ?

La décoration d’intérieur permet d’obtenir un cadre idéal en harmonie avec vos goûts. À ce titre, les plantes d’intérieur apportent une touche esthétique en sublimant l’ambiance au sein de la maison. Au nombre des végétaux connus pour enjoliver l’intérieur, les orchidées se distinguent par leur beauté et leur charme.

La diversité offerte par ces plantes tropicales leur confère un intérêt certain. Toutefois, les orchidées sont des végétaux sensibles dont l’entretien nécessite beaucoup de minutie. Vous demandez-vous comment arroser une orchidée ? Si oui, sachez que leur irrigation obéit à des règles très strictes sous peine de flétrissement. De la fréquence d’arrosage à la nature de l’eau utilisée en passant par la technique d’irrigation, tous les paramètres sont déterminants. Découvrez les astuces et techniques pour convenablement arroser cette plante particulièrement délicate.

Prendre en compte la fréquence d’irrigation idéale

L’orchidée a besoin d’un apport conséquent en eau pour pouvoir s’épanouir. Cette situation n’implique cependant pas un arrosage tous azimuts. Il faut tenir compte de la période d’assèchement de la plante pour ne pas submerger ses racines. La fréquence d’irrigation à prendre en compte doit donc concilier ces deux paramètres.

En période d’éclosion, l’arrosage de l’orchidée s’effectue de façon hebdomadaire. Il convient de vérifier l’assèchement de la plante au préalable. À l’aide d’un doigt, sondez le terreau de l’orchidée pour vous en assurer. Une profondeur de 2 cm est largement suffisante à cet effet. À défaut de la méthode manuelle, estimez le poids de votre pot de fleurs. Lorsque ce dernier présente une légèreté inhabituelle, vous pouvez procéder à l’irrigation de la plante.

Les pots transparents facilitent le travail de vérification. À travers ces supports, les racines de l’orchidée sont bien visibles. Il suffira d’observer l’apparence de ces dernières pour déterminer le moment adéquat pour l’arrosage. Des racines verdâtres et luisantes sont le signe d’une irrigation suffisante. Il faudra attendre l’aspect grisâtre et terne pour arroser votre plante à nouveau.

Lorsque l’orchidée est au repos, elle se caractérise par une absence de fleurs. À ce moment, il faudra réduire la fréquence d’arrosage de la plante. Optez pour un cycle d’irrigation bimensuel soit un arrosage deux fois par mois. Gardez à l’esprit que la surabondance d’eau nuit à votre plante.

Opter pour une eau faible en calcaire

Le calcaire de l’eau empêche l’épanouissement de l’orchidée. L’arrosage de cette dernière doit donc s’effectuer avec une eau saine et appropriée. Dans cette optique, plusieurs choix s’offrent à vous :

  • l’eau de pluie en raison de sa composition naturelle,
  • l’eau vendue dans le commerce à condition que la teneur en calcium soit inférieure à 10 mg/L,
  • l’eau courante uniquement lorsqu’elle ne contient pas ou très peu de calcaire,
  • l’eau issue de l’osmose inverse en raison de son haut degré de filtration,
  • l’eau obtenue à travers une carafe filtrante.

Il est important de revenir sur l’alternative de l’eau de robinet. Son usage doit rester épisodique. De plus, vous devez éviter l’eau déminéralisée à tout prix. Le sodium contenu dans cette substance est nocif pour les plantes en général et l’orchidée en particulier. Il est également possible d’améliorer l’efficacité de l’eau courante. Il suffit d’y mélanger une petite quantité de jus de citron. La teneur en calcaire sera atténuée par l’action de ce fruit.

L’eau servant à l’irrigation de l’orchidée devra être placée dans un récipient, puis exposée à température ambiante. Cette astuce permet d’éviter les chocs thermiques dangereux pour l’orchidée. Le résidu de chlore contenu dans l’eau sera également éliminé pour le plus grand bonheur de votre plante.

Employer une méthode d’arrosage efficace

La technique d’irrigation détermine à elle seule la durée de vie d’une orchidée. Le principal objectif de l’arrosage consiste à préserver le cœur de la plante. Il faudra ainsi éviter l’irrigation par le haut. La méthode de l’immersion est de loin la plus efficace. Elle nécessite toutefois un respect scrupuleux de la procédure :

  • plongez le pot d’orchidées à 75 % dans le récipient d’eau prévu à cet effet,
  • maintenez l’orchidée dans cette position pour une dizaine de minutes environ,
  • retirez le pot du dispositif lorsque les bulles d’air ne se forment plus à la surface de l’eau.

Après cette immersion, il convient d’égoutter l’orchidée. Le contact prolongé entre l’eau d’irrigation et les racines de la plante doit être évité. Asséchez convenablement le support de l’orchidée. Patientez ensuite quelques minutes puis replacez la plante à l’intérieur de son cache-pot. En procédant de la sorte, vous éviterez que l’eau d’arrosage ne stagne sous le pot de l’orchidée.

La technique des glaçons est également envisageable. Elle convient à certaines espèces d’orchidées comme la phalaenopsis. L’irrigation se fait à raison de 3 cubes de glace hebdomadaires. Cette méthode est recommandée pour favoriser une nouvelle floraison de l’orchidée. La décongélation issue de ce processus permet aussi de limiter les risques de surabondance de l’eau. Cependant, le risque élevé de chocs thermiques fait que cette technique est peu utilisée.

Vaporiser fréquemment l’orchidée

L’arrosage de base ne suffit pas à entretenir une orchidée. La plante nécessite également une vaporisation constante. L’humidité ainsi créée permettra de réguler la température ambiante pour obtenir une plante plus rayonnante. N’hésitez pas à brumiser votre orchidée en période de haute chaleur. Pour y parvenir, il convient de procéder comme suit :

  • se servir d’un brumisateur et de l’eau d’irrigation débarrassée du calcaire. Vous éviterez ainsi les résidus blancs sur les feuilles de votre plante,
  • vaporiser l’orchidée en ciblant les branches et les racines. Il est primordial d’éviter les fleurs ainsi que le cœur de l’orchidée,
  • opter pour une vaporisation matinale à raison de 3 séances hebdomadaires. Les périodes sèches impliquent cependant une vaporisation quotidienne pour soutenir la plante.

Bien que la vaporisation de l’orchidée soit réservée aux saisons de grande chaleur, elle s’avère parfois utile en hiver. Le système de chauffage occasionne en effet un climat sec à l’intérieur de la maison. En brumisant votre orchidée, vous préserverez sa sensibilité et son épanouissement.

À défaut de vaporiser la plante ou en cas de doute, il existe une alternative viable. Il vous suffit de positionner le support de la plante sur un dispositif humide. Constituez une base avec des boules d’argile et de l’eau. Placez ensuite le pot d’orchidées sur la couche. Assurez-vous que le réceptacle n’est pas plongé dans l’eau du dispositif.

Comprendre le rôle de l’engrais pour l’orchidée

L’orchidée est une plante qui se développe facilement. De ce fait, elle n’a pas besoin de fertilisants pour se développer. Par ailleurs, les fertilisants conçus spécialement pour les orchidées conviennent rarement au développement de la plante. Les engrais naturels constituent toutefois un bon support pour l’arrosage de votre orchidée.

Dans les faits, la plante nécessite de l’azote pour la pousse de son feuillage. Le potassium quant à lui favorise une floraison ultérieure. Pour servir de catalyseur à la plante, l’engrais devra être incorporé au terreau juste avant l’irrigation. Appliquez le fertilisant en suivant les indications du fabricant. En cas de doute, réduisez le dosage recommandé sur le produit. Gardez à l’esprit que l’engrais est accessoire à l’évolution d’une orchidée.

L’utilisation des fertilisants se fait à une fréquence bimensuelle. Il convient d’éviter les engrais en hiver. Du reste, diluez abondamment le produit pour une meilleure efficacité.

Prendre des précautions pour les vacances

La période des vacances marque une rupture de la routine quotidienne. En vous absentant plus d’une quinzaine de jours, vous laisserez votre orchidée livrée à elle-même. Si le risque d’un flétrissement est bel et bien présent, il convient de ne pas céder à la panique.

L’orchidée est une plante à la structure solide. Dans de bonnes conditions atmosphériques, elle résistera à votre absence :

  • veillez à fermer la plupart des persiennes de votre appartement,
  • effectuez un arrosage par immersion juste avant de partir en vacances,
  • installez l’orchidée dans un cache-pot équipé du dispositif humide susmentionné,
  • disposez votre plante à la lumière sans directement l’exposer aux rayons solaires.

De retour de vos vacances, vous retrouverez une plante rayonnante de vie et pleine de promesses pour l’avenir.

Comment savoir quand arroser une orchidée ?

C’est pas le tout de savoir donner le bain à son orchidée, encore faut-il savoir reconnaitre si votre plante a besoin d’être arrosée. On a pu vous donner des conseils sur la fréquence d’arrosage, mais cela reste des généralités, car d’autres éléments rentrent en ligne de compte. La fréquence d’arrosage dépend donc de plusieurs facteurs :

  • la température de la pièce
  • le substrat utilisé
  • la présence de fleurs ou non sur la tige
  • les racines

Commençons avec le premier critère. La température idéale pour pouvoir voir fleurir vos orchidées chez vous se situe entre 16 et 25 degrés. C’est là que le taux d’humidité dans l’air est le plus favorable à la croissance et la floraison de votre orchidée. Si vous vivez dans une région du sud, vous aurez alors à gérer 2 problèmes. La température estivale peut poser réellement un souci, car il fait bien souvent plus de 25 degrés. Si vous avez une climatisation, vous pouvez vous dire que cela va résoudre le problème. Sauf que l’air sera asséché et vous aurez besoin d’un humidificateur. Une orchidée se plaira donc davantage dans un climat tempéré.

Parlons aussi des substrats. Suivant ce qu’il y a dans le pot de votre orchidée, le séchage ne sera pas identique. Certains retiennent l’eau plus longtemps que d’autres. C’est notamment le cas pour la tourbe. Les racines ont malheureusement plus de risque de pourrir avec un substrat riche en tourbe.

En ce qui concerne la floraison de l’orchidée, vous devez savoir que la fréquence n’est pas la même si vous avez des fleurs sur la tige, ou si votre orchidée a seulement des feuilles. En période de floraison, vous devrez donner un bain à votre orchidée une fois par semaine. Dans le cas contraire, un rythme de tous les 15 jours sera suffisant.

Enfin du côté des racines, si vous observez qu’elles prennent une couleur grise, alors pas de doutes à avoir : vos orchidées ont soif. Elles devraient se réhydrater en quelques secondes, lorsqu’elles seront plongées dans de l’eau. Elles vont alors reprendre leur couleur verte, à condition de ne pas avoir trop attendu et qu’elles se soient déjà trop desséchées. Le nombre de racines a également son importance. Plus votre orchidée possède des racines et plus elles vont retenir de l’eau dans le pot. Le risque est d’alors d’avoir de l’eau qui stagne et qui provoque le pourrissement des racines. Dans ce cas, ne mettez pas trop d’eau pour les arroser et privilégiez le bain à l’arrosage par le dessus.

Comment arroser une orchidée suspendue ?

Tout le monde, ou presque, connait l’orchidée Phalaenopsis car c’est la plus répandue. Cependant c’est loin d’être la seule variété. En Bretagne, par exemple, il existe des orchidées sauvages qui poussent naturellement en pleine terre sur la côte. Chez vous, vous pouvez également trouver des orchidées en pot, dites bambou. Mais il existe aussi des variétés suspendues, qui n’ont pas besoin de pot. Les racines sont alors à l’air libres, sans substrat. Alors comment faire dans cette situation pour les arroser ? C’est ce que je vous propose de voir avec les orchidées Vanda. À l’origine, on trouvait cette variété dans les forêts tropicales, et donc humides. L’orchidée Vanda était accrochée à un tronc d’arbre pour survivre, bien à l’abri. Sauf que chez vous, vous n’allez pas pouvoir planter un arbre et y greffer votre orchidée. Outre l’arrosage, vous devrez donc veiller à lui trouver une place lumineuse, sans pour autant l’exposer directement aux rayons du soleil. Pour laisser cette orchidée les racines à nu, vous devrez la placer dans votre véranda ou carrément dans une serre. L’hiver vous n’aurez besoin que de la tremper qu’une seule fois par semaine. En revanche, dès qu’il fera chaud en été, vous ne pourrez pas échapper à ses 3 bains par semaine. Réfléchissez donc si vous partez en vacances et que vous habitez dans le sud. Pas certain que ce soit l’orchidée qu’il vous faille. La durée du bain devra être de 20 minutes, pour qu’elle puisse recharger et réhydrater ses racines.

Comment conserver un bouquet d’orchidées ?

On vous a offert un bouquet d’orchidées pour votre anniversaire ou pour votre fête. Autant vous savez gérer l’arrosage pour une orchidée suspendue ou en pot, autant là vous êtes un peu perdu et vous vous posez des questions. Souvent, la tige vous est donnée dans un tube en plastique un peu petit. Choisissez donc un vrai vase pour votre tige d’orchidée. Une fois que vous aurez trouvé votre bonheur, coupez la tige sur un centimètre, comme vous le faites avec d’autres types de bouquets. Mettez ensuite votre branche d’orchidée dans votre vase. Pour l’eau, mettez-en de la chaude, mais attention pas brulante tout de même. Changez l’eau quand elle devient sale, et au minimum tous les 5 jours. À chaque fois, coupez un centimètre de tige. En suivant ces recommandations, vous devriez pouvoir garder votre orchidée en branche un certain temps. Toutefois l’arrosage n’est pas le seul critère auquel vous devrez prêter attention. Par exemple, vous devrez éviter de mettre votre vase juste devant une fenêtre, car votre fleur ne va pas apprécier l’exposition directe au soleil. Évitez aussi de placer votre vase devant un radiateur. La chaleur va la dessécher et les fleurs vont vite se fanées. Une dernière chose, à laquelle on est loin de penser. Il pourrait être tentant pour une question esthétique, de placer le vase avec votre tige d’orchidée sur une petite table avec une magnifique corbeille de fruits. C’est en fait une très mauvaise idée car les fruits émettent des gaz. Ils sont responsables du vieillissement prématurés de toutes les fleurs en général.

Il est donc important de prendre en compte toutes ces recommandations pour profiter le plus longtemps possible de votre bouquet d’orchidées.

Peut-on baigner plusieurs orchidées en même temps ?

Il est vrai que cela peut être fort tentant de baigner toutes ses orchidées dans le même bac et toutes en même temps. Cela va vous faire gagner du temps. En plus, vu que vous ne gardez pas l’eau dans le pot de votre orchidée, vous allez devoir l’enlever. Alors pour faire des économies d’eau, on peut se dire qu’il est préférable d’utiliser un seul bac, avec certes un peu plus d’eau que pour un pot, mais guère plus. Ces 2 raisons sont a priori valables, et pourtant je vous le déconseille. Pourquoi ? Pour éviter la propagation des maladies éventuelles. En effet, il n’est pas toujours facile de les repérer facilement et cela serait dommage de contaminer toutes vos orchidées. Mais quelles sont ces maladies que pourrait bien avoir attrapé votre orchidée ? Vous avez par exemple la cochenille. Sa présence se caractérise par de petites boules de coton de 2 à 3 mm. Elle aime se cacher sous les feuilles, alors n’hésitez pas à les soulever. Leur cycle de reproduction est d’environ tous les 15 jours. Il vous faudra alors enlever tous les cocons régulièrement pour en venir à bout. Mais surtout, éloignez l’orchidée atteinte dès que vous repérez les premiers signes, sinon elles seront toutes très vite contaminées. Si vraiment le nettoyage ne suffit pas, vous pouvez utiliser de l’alcool à 70 degrés pour en venir à bout.

Si vous avez des taches noires qui apparaissent sur les feuilles, il est possible qu’un champignon en soit la cause. Elle apparaît lorsque vous arrosez trop votre orchidée. C’est pour cela qu’il est préférable de donner un bain à sa plante, plutôt que de l’arroser. Si l’anthracnose atteint le bulbe de l’orchidée, malheureusement, vous ne pourrez plus rien faire pour elle. C’est exactement la même chose avec une autre maladie due à un autre champignon : la pourriture grise. Elle atteint l’orchidée par les racines et se manifeste par une poussière grise sur les feuilles. Et même topo avec la pourriture noire. Pour celle-ci, vous aurez des taches sur les feuilles qui avant de devenir noires, seront d’abord brun-rouge.

Quelles différences d’arrosage entre les types d’orchidées ?

En ce qui concerne le type d’arrosage, quelle que soit l’orchidée que vous avez chez vous, il est recommandé de lui donner un bain, plutôt que de l’arroser en direct. Vous éviterez ainsi de la rendre malade. Là où on note des différences, c’est sur la fréquence d’arrosage et le fait de laisser ou non sécher le substrat entre 2 arrosages.

  • Orchidée Cymbidium : en hiver, gardez un rythme de toutes les 3 semaines. Le reste de l’année, c’est une fois par semaine. Ne laissez pas trop sécher le substrat.
  • Orchidée Paphiopedilum : le substrat doit toujours être humide sans pour autant laisser de l’eau stagner, et cela à l’année.
  • Orchidée Bulbophyllum : 2 bains par semaine en été, et un seul le reste du temps
  • Orchidée Dendrobium : le substrat ne doit pas être complètement sec entre 2 arrosages lorsque la plante est en phase de croissance. En revanche, laissez le sécher lorsque votre orchidée se repose.
  • Orchidée Phalaenopsis : entre 2 arrosages, vous devez laisser sécher le substrat. Étant donné que le rythme d’arrosage préconisé est toutes les semaines, ne noyez pas votre plante.

Latest Posts