Petitlien.fr » Santé » Maladies / Effets secondaires » Schizophrénie que faire : comment reconnaître la schizophrénie et la soigner ?

Schizophrénie que faire : comment reconnaître la schizophrénie et la soigner ?

Les maladies mentales ont été stigmatisées et mal comprises durant de longues décennies, et c’est à cause de cela que bon nombre de personnes refusent (encore aujourd’hui) d’admettre qu’elles ont un problème, et donc de se faire soigner.

Lorsque l’on parle de maladies mentales, les gens pensent souvent aux « fous ». Ce mot, dans l’esprit populaire, désigne toute personne proférant des paroles dites « bizarres » (ou qui n’entrent pas dans le cadre bien défini de ce qui peut être dit ou pas), ou ayant des actions dites insensées mais surtout « dangereuses ».

Bien entendu, les personnes souvent désignées comme folles ne le sont pas. Et même les personnes atteintes de troubles psychologiques ne le sont pas forcément elles non plus. Fou étant un terme mal utilisé et péjoratif.

Néanmoins, l’origine de ces croyances populaires vient sans conteste de l’époque où les personnes schizophrènes n’étaient pas encore traitées. En effet, étant donné que la maladie est dû à un problème de neurotransmetteurs au cerveau, une personne schizophrène voit et entend des choses qui n’existent pas. La personne atteinte parle toute seule et mélange les informations réelles et fictives (qui sont totalement réelles pour elle). Elle est paranoïaque, et cela, avec des hallucinations pouvant la pousser à commettre certains actes répréhensibles.

La schizophrénie est l’une des rares maladies mentales dont on connaît le mécanisme. Les scientifiques ont donc pu mettre en place des thérapies médicamenteuses efficaces qui permettent aux schizophrènes de vivre tout à fait normalement. Néanmoins, la maladie n’est pas « curable ». En effet, bien que l’on connaisse les mécanismes de la schizophrénie, son origine reste inconnue, et si on ne connaît pas l’origine d’une maladie, on ne peut la guérir.

Comment reconnaître un schizophrène ?

Malheureusement, cette maladie est très répandue. En effet, elle touche entre 1 et 2% de la population mondiale. Rien qu’en France, on compte plus de 600 000 cas.

La maladie touche généralement les adolescents et les jeunes adultes. Néanmoins, dans de rares cas, elle peut toucher un enfant ou débuter à l’âge adulte.

Il est primordial de reconnaître les signes de schizophrénie très tôt, et cela, afin d’aider la personne à se prendre en charge chez un spécialiste. Voici donc certains symptômes de la schizophrénie :

  • La personne dit ressentir des sensations étranges et aura elle-même des réactions émotionnelles étranges.
  • Elle voit des choses que vous ne voyez pas et peut avoir plusieurs types d’hallucinations.
  • Elle entend certains bruits, certains sons, et même des voix que vous n’entendez pas.
  • Elle aura tendance à se replier sur elle-même et à se détacher de son entourage.
  • Elle sera paranoïaque et pensera dur comme fer que des personnes malintentionnées lui veulent du mal.
  • Désorganisation émotionnelle mais aussi sociale.

La schizophrénie touche-t-elle tout le monde ?

Bien que les scientifiques connaissent le mécanisme de la maladie (elle est due à un déséquilibre biochimique des neurotransmetteurs du cerveau, ou plus précisément une hyper-dopaminergie avec présence accrue de L-Dopa, d’amphétamines et d’apomorphine), son origine reste inconnue.

Certaines hypothèses sur sa cause restent néanmoins plausibles :

  • Le facteur génétique : si un parent proche est atteint de la maladie, vous avez plus de chances d’en être atteint aussi. De plus, les scientifiques ont trouvé certaines variantes et mutations dans le génome des schizophrènes. Néanmoins, il reste difficile de les identifier avec précision.
  • Le facteur environnemental : le stress par exemple est un facteur déclenchant (ou révélateur) de la schizophrénie, mais n’est néanmoins pas une cause.
  • D’autres facteurs externes : certains facteurs sont mis en cause, comme le virus de la grippe durant la grossesse ou encore des problèmes de compatibilité rhésus mère-enfant. Le manque d’oxygène durant l’accouchement peut aussi être une cause. D’autres encore ont établi que la prise d’amphétamines ou de cannabis augmenterait le risque d’avoir une schizophrénie.

Que faire lorsqu’on est un proche de schizophrène ?

Lorsque l’un de vos proches est schizophrène, vous ne savez généralement pas quoi faire, ni que dire. Vous êtes perdu et surtout, vous avez peur de mal faire.

Voici nos conseils :

  • Restez à l’écoute.
  • N’imposez pas votre point de vue. Essayez plutôt de discuter et de convaincre.
  • Faites-en sorte d’offrir au malade un environnement équilibré et stable.
  • En cas de crise, restez calme, évitez de le toucher, le fixer, ou encore de trop vous rapprocher ou lui barrer la route. Soyez attentif et empathique et essayez de lui poser des questions simples et de le rassurer sans vous étaler.
  • Surveillez les récidives : tout changement de comportement doit vous alerter.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Autres lectures