Petitlien.fr » Santé » Maladies / Effets secondaires » Que faire quand on a une MST : les traitements à adopter

Que faire quand on a une MST : les traitements à adopter

Une IST ou MST « maladie/infection sexuellement transmissible » est bien la dernière chose à laquelle on aimerait avoir à faire. Comme son nom l’indique, son mode de contagion se fait par rapports sexuels, qu’il s’agisse d’un rapport vaginal, anal ou buccogénital (cunnilingus ou fellation), elle touche donc le plus souvent les individus multipliant les partenaires sexuels. Le SIDA est l’exemple type de MST, celui-ci ne représente que la phase finale de l’infection par le virus du VIH, identifié en 1982, et qui est considéré comme la plus grave et la plus récente des IST.

Autrefois, les IST étaient peu nombreuses, on dénombrait la blennorragie, la lymphogranulomatose vénérienne, la gonococcie, le chancre mou et la syphilis, connue comme  « le mal du 16ème siècle ». Ces trois dernières infections sont réapparues vers les années 2000. Quant aux MST d’actualité, elles comprennent la chlamydia, la trichomonose, l’herpès génital, les condylomes génitaux, la phtirose pubienne, les herpès labiale et génitale par infection à la HSV, la mononucléose ou  « maladie du baiser », également l’hépatite B et C qui, avec le SIDA, représentent les plus graves des MST. Ce bref historique montre l’évolution de ce phénomène et sa facilité de transmission. Il faut surtout noter que la variété de ces infections est telle que certaines d’entre elles peuvent être bénignes mais plus ou moins douloureuses, causer la stérilité ou même s’avérer potentiellement mortelles comme la syphilis et le SIDA. La préservation de votre santé et/ou de celle de votre partenaire requiert donc un minimum de prudence de votre part d’abord par le port d’un préservatif à chaque rapport sexuel, si vous n’êtes pas fan du préservatif masculin, optez pour le préservatif féminin, les moyens de contraception, ce n’est pas ce qui manque après tout ! Sinon par l’abstinence en cas d’absence de contraceptif. Maintenant, si vous êtes porteur d’une IST, sachez que cela ne signe pas votre arrêt de mort génitale ou de mort tout court, heureusement, la médecine a évolué et de nombreux traitements sont élaborés pour lutter contre ces maladies. Sans plus tarder, voici dans ce qui suit ce que vous devez savoir quand vous avez une MST.

MST : ça se traite ?

Oui, et certains cas peuvent même être définitivement guéris grâce à des traitements adaptés. D’autres par contre ne promettent pas la guérison comme c’est le cas pour le SIDA. Il faut savoir que toute IST est une urgence et demande qu’on réagisse au plus vite. Heureusement pour vous, la médecine a fait des progrès, le traitement de la plupart des IST par antibiotiques était déjà possible vers le début des années 1970 et la fin des années 1980. Voici donc les différents traitements possibles pour chaque type de MST :

  • Les antibiothérapies à doses uniques : efficaces contre les MST bactériennes comme la trichomonas, la syphilis, la chlamydiose et la gonorrhée.
  • Les immunomodulateurs et les antiviraux : utilisés dans le cas de l’hépatite B, en vue de retarder les effets destructeurs du virus sur le foie.
  • Les antiviraux contre l’herpès génital : qui permettent de diminuer la fréquence de la récurrence de  de la maladie ainsi que la minimisation des symptômes.
  • Les antirétroviraux : prescrits à vie dans le cas du SIDA. Ce syndrome est incurable et à l’heure actuelle, les dernières évolutions médicales permettent uniquement d’atténuer les symptômes et l’évolution de la maladie.
  • Les traitements anticancéreux : dans le cas d’une infection par l’hépatite C, représentant le troisième type d’hépatite caractérisé par la phase cancéreuse. Dans ce cas, des chimiothérapies, des radiothérapies ainsi qu’une éventuelle chirurgie sont envisagés.

Comment prévenir une MST ?

Aïe, ce que vous venez de lire ne vous a pas beaucoup plu, vous n’êtes pas tellement attiré par ce genre de maladies, si ? Si vous êtes déjà passé par là et êtes parvenu à guérir de la maladie, ou si vous n’avez jamais contracté d’IST, voici les réflexes que vous devez adopter pour éviter ce genre de situations :

  • Réaliser des tests de dépistage de MST.
  • Faire passer un test de dépistage à son partenaire.
  • Port d’un préservatif masculin ou féminin à chaque rapport sexuel.
  • S’abstenir en l’absence de préservatif.
  • Limiter le nombre de partenaires sexuels.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Autres lectures