Petitlien.fr » Santé » Maladies / Effets secondaires » Kératose pilaire : une affection cutanée peu esthétique

Kératose pilaire : une affection cutanée peu esthétique

Loin d’être rare, la kératose pilaire est le nom scientifique qui désigne les petits boutons retrouvés le plus souvent au niveau des bras, des jambes et des cuisses. Ces éruptions cutanées ne représentent aucun danger sur la santé, néanmoins elles causent un inconfort esthétique surtout lorsque leur sommet prend une couleur différente que celle du teint leur donnant ainsi l’aspect de taches.

Complètement inoffensive, la kératose pilaire donne donc un aspect granuleux à la peau, et même si celle-ci ne dérange pas la plupart des personnes atteintes, elle peut être enflammée, s’irriter et évoluer vers de petites cicatrices sur la peau. Heureusement, des traitements sont disponibles pour se débarrasser de cette maladie.

Si vous êtes atteint d’une kératose pilaire ou si vous avez simplement besoin de renseignements sur cette maladie, cet article est fait pour vous éclairer là-dessus.

Qui est concerné par la kératose pilaire et quelle est la cause de cette maladie ?

La kératose pilaire est une maladie assez fréquente, elle touche une personne sur quatre et est le plus souvent retrouvée chez les femmes. Elle apparaît généralement dans les 10 premières années de la vie et s’accentue à la puberté, c’est donc une maladie qui concerne surtout les jeunes et qui a tendance à disparaître spontanément vers l’âge de 30 ans.

Cette maladie, génétiquement transmissible, est causée par une production excessive d’une protéine : la kératine, elle peut également être engendrée par une autre affection dermatologique.

– La kératine est l’un des principaux constituants de la peau, elle est surtout produite au niveau des follicules pileux, points d’émergence des poils.

– Lorsqu’il y a un excès de production de kératine, l’ouverture de ces follicules pileux est bouchée et il y a accumulation de kératine.

– Ces bouchons durs finissent par former de petites bosses dures sur la peau, donnant un aspect rugueux et disgracieux assimilable à une chair de poule, pouvant donner un aspect tâché à la peau.

Quels sont les différents types de kératoses pilaires et comment est-elle diagnostiquée ?

La kératose pilaire doit être diagnostiquée par un médecin, par une simple examination de la peau, elle peut être d’origine génétique ou causée par une autre affection cutanée comme la dermatite atopique, le scrobut … il en existe donc plusieurs types :

– La kératose pilaire simple : surtout à la partie supérieure des bras et des cuisses, la peau sèche et granuleuse est accompagnée d’une raréfaction des poils dû à l’obstruction des follicules pileux, avec parfois la formation de points noirs.

– La kératose pilaire rouge : surtout sur les joues, elle s’accompagne de rougeurs et est plus susceptible de laisser des cicatrices.

– La kératose pilaire acquise : réaction causée par le contact de la peau avec un produit irritant comme les hydrocarbures ou par une autre maladie dermatologique comme le scrobut dû à un déficit en vitamine C.

Quels sont les traitements de la kératose pilaire ?

Les médicaments qui existent actuellement pour traiter la kératose pilaire ne sont pas définitifs et n’apportent qu’une amélioration de l’apparence des zones atteintes, il faudra donc qu’il y ait un traitement régulier pour atténuer cette affection.

Les traitements locaux comme les crèmes à base d’urée et d’acide lactique donnent de très bons résultats, d’autres crèmes hydratantes peuvent également améliorer l’apparence de la peau et diminuer les rougeurs. Si la gêne esthétique devient trop importante, il est également possible de subir un ” peeling ” qui diminue l’épaisseur de ces boutons, et cela bien sûr après la consultation d’un dermatologue.

Des conseils pour atténuer l’effet de la kératose pilaire sur la peau ?

Certains gestes au quotidien peuvent également participer à l’amélioration de l’aspect de la peau :

– Éviter l’utilisation des savons agressifs et favoriser les savons surgras.

– Éviter les vêtements en matière synthétique dans les zones affectées.

– Appliquer de l’huile de cade qui a des propriétés anti-inflammatoires et qui permet donc d’éviter d’éventuelles cicatrices.

– Appliquer de l’huile de coco vierge après la douche pour réhydrater la peau.

– Faire un gommage une fois par semaine pour déboucher les pores et réduire les rugosités.

Les adultes et les jeunes adultes ne sont pas touchés

La kératose pilaire bras, jambes ou cuisses concerne en général les jeunes enfants, ou les enfants dans la puberté. Les jeunes adultes ne sont que rarement touchés.

Attention aux risques d’eczéma et de psoriasis

On reconnaît très facilement la kératose pilaire. En effet, sur la peau apparaissent rougeurs et inflammations.

Dans certains cas, les poils disparaissent et une infection apparaît également : c’est l’eczéma ou le psoriasis. Il sera alors nécessaire de traiter cette infection, car elle peut devenir véritablement handicapante au quotidien.

C’est vrai, les personnes qui en souffrent affirment que ce problème de peau, en plus d’être douloureux et irritant, représente un véritable frein social, car peu esthétique et parfois rebutant.

La consultation chez un dermatologue et alors vivement conseillée.

Kératose folliculaire : des conséquences ?

Heureusement qu’il s’agisse de la kératose pilaire jambes, bras ou cuisse, il n’existe pas de conséquences, et cette maladie ne laissera aucune cicatrice.

De plus, elle est parfaitement indolore, sauf si l’enfant ou le jeune adulte développe de l’eczéma ou du psoriasis, ce qui peut être particulièrement douloureux.

Comment faire pour se débarrasser de la kératose pilaire jambes, bras ou cuisse de manière naturelle?

Ce qui pourra véritablement vous soulager de la kératose, c’est le soleil. Aussi, en été, n’hésitez pas à vous exposer, tout en protégeant votre peau, bien évidemment.

Optez pour des produits de soin et de lavage doux pour votre peau, par exemple du savon gras naturel et biologique. Certaines huiles végétales, par exemple de Jojoba ou de nigelle, pourront réellement vous aider à vous hydrater, et à retrouver une peau nette.

Un peeling kératose rouge est également conseillé, de préférence avec un gant de crin aux fibres naturelles.

Vous avez des affreux petits boutons sur les jambes ? À tous les endroits où vous épilez vous avez des petits points rouges fort peu esthétiques. Vous avez tout essayé le rasoir, la cire froide, la cire chaude mais aussi la crème dépilatoire.

Avez-vous déjà entendu parler de la kératose pilaire ? C’est probablement de cela dont vous souffrez. Ci-dessous, vous pouvez en apprendre plus sur la kératose pilaire.

Focus sur la kératose pilaire

Si vous souhaitez vous débarrasser de la kératose, c’est-à-dire ces horribles petits points rouges, sachez qu’il existe de multiples possibilités.

D’une part, vous avez tout intérêt à faire de nombreux gommages et autres exfoliations pour vous permettre de limiter les cas de kératose pilaire. De quoi vous parle-t-on ?

La kératose pilaire jambe touche les personnes de façon héréditaire mais parfois c’est simplement une sensibilisation de la peau. En cause ? Des savons trop agressifs (préférez des savons sans savon) mais aussi des matières naturelles qui sont plus douces sur la peau.

Si vous recherchez contre la kératose pilaire traitement efficace et naturel, alors on vous parle de l’huile de coco. Alors, après chaque douche ou bain, vous allez enduire vos jambes mais aussi vos bras (ou les zones touchées par la kératose pilaire) de la fameuse et inimitable huile de coco.

Cette huile de coco hydrate et protège la peau, cela va permettre d’atténuer les cas de kératose pilaire. Une fois par semaine, vous pourrez notamment faire un bon gommage voire pourquoi pas un gant de crin.

Pour finir, on vous dira aussi que le soleil est une bonne chose pour les personnes qui souffrent de kératose pilaire. Parce que oui, peu importe quelles sont les zones du corps qui sont touchées, l’exposition au soleil aide rapidement à enlever ces petits boutons rouges. Peu esthétiques au point d’en devenir parfois handicapant socialement, ces plaques doivent être soignées le plus rapidement possible.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Autres lectures